Choisir d’adopter un chien

Choisir d’adopter un chien

il y a quelques mois, mon compagnon de route est mort. Le vide laissé reste immense. J’ai envisagé d’adopter un autre compagnon. Alors certains jugeront que c’est trop rapide, qu’il faut faire son deuil, qu’on ne remplace pas un animal par un autre. Moi, j’ai juste décidé que la vie était courte et que je voulais profiter de ma jeunesse pour redécouvrir les plaisirs de la maternité canine.

C’est parti, la décision est prise! Nous voilà embarqué dans la recherche du partenaire à quatre pattes idéal! Et là c’est pas gagné. Avec plus 30 balais au compteur et un mouflets sous le bras, il s’agissait pas de prendre le premier toutou venu. Alors avec le binôme, ça a cogité et bataillé sévère. Adoption d’un malheureux en refuge? Choisir un chiot ? Élevage/ Particulier ? Tant de questions et nous n’étions qu’au sommet de l’iceberg.

Chiot d’élevage ou chien de refuge?

La question a été longtemps débattue. Mon binôme a une peur bleue des chiens avec un passé inconnu. Moi j’étais dans l’idée de combler un petit malheureux. le facteur Kroupouk a eu raison de ma décision puisque nous sommes amoureux des grands chiens. Le risque était trop grand vu l’âge de mon p’tit gars. Alors on a opté pour choisir un chiot. Encore faut-il se mettre d’accord sur la race ! A cette question, le choix ne fut pas si difficile

Choisir la race de son futur chien

Lorsque nous étions jeunes, nous ne nous sommes pas posés de questions sur la race à prendre. Nous avions flashé sur les malamutes lors de visites en refuge et notre choix s’est porté sur cette race atypique sans nous interroger sur le comportement du chien. Erreur de jeunesse que nous avons payé par la suite. Pour un non initié, le malamute est une race magnifique mais primitive. Cela signifie qu’il n’est pas “un simple chien”. Son instinct plus sauvage nécessite une activité constante. On ne peut pas demander à un malamute d’être un chien de salon qui ne fait pas beaucoup d’activités. Notre chienne n’a manqué de rien mais nous n’avons pas respecté son tempérament et avons cassé son caractère de malamute. Je le vis personnellement comme un échec et j’ai beaucoup de regrets d’avoir fait preuve d’autant de naïveté. Le choix de notre futur chien se devait d’être mûrement réfléchi. Il ne s’agit pas de refaire les mêmes erreurs. Il fallait prendre un chien adapté à notre manière de vivre.

Alors comment savoir quelle race nous correspond?

Crédit woopets

Pour cela, je vous suggère le site de woopets. Ce site propose de remplir un questionnaire qui analyse notre façon de vivre et qui suggère plusieurs races de chiens idéale à notre famille.

Notre résultat comprenait : des bouviers bernois, berger suisse, samoyède et eurasier.

De là, je me suis inscrite sur plusieurs groupes Facebook d’adeptes des races pour avoir les ressentis de chaque propriétaire.

Dans nos critères de recherches, nous souhaitions un chien calme; familiale; qui aime les autres animaux; sportif mais pas trop et moins de 30kg. Nous recherchions également un chien robuste par crainte de revivre des problèmes de santé de notre toutou. Alors oui malgré tous les tests de santé, il n’est pas impossible que notre chien soit porteur d’une maladie mais nous souhaitions nous épargnez quelques risques.

Comment trouver un bon éleveur?

Ca semble simple comme question quand on vit avec Internet! Et pourtant je vous assure que je me suis sentie bien dépourvue dans ma recherche. La recherche varie selon votre pays et selon les kilomètres que vous serez près à parcourir.

Les sites d’éleveurs en ligne

Vous pouvez vous renseigner sur Chien.com, pour obtenir de bonnes adresses. Moi, j’ai préféré me renseigner sur des groupes de discussion Facebook afin d’avoir les avis des adoptants et croyez moi des avis il y en a! A ce sujet, faites attention de ne pas vous y perdre car même si ces groupes sont bienveillants, il y a un aspect élitiste qui vous fait parfois ressentir que vos questions dérangent et amènent un jugement. Je vous conseille de ne pas vous cantonner à un seul avis. Personnellement, je ne m’y connaissais absolument pas en matière d’élevage. Les premiers contacts téléphoniques que j’ai eu était catastrophiques. Je ne savais absolument pas quelles questions poser. Heureusement dans le lot, j’ai eu la chance de tomber sur une éleveuse patiente qui m’a conseillé sur les questions à poser lorsqu’on recherche un bon chiot. Malgré tout, les sites d’éleveurs donnent déjà un bel aperçu sur la démarche du vendeur.

Les clubs canins et les particuliers

Chaque race ouvre en général un club par pays. Ces clubs recensent les règles à respecter pour qu’un chien soit reconnu par le pedigree et les éleveurs y sont souvent affiliés. Maintenant, l’affiliation ne veut pas dire que l’éleveur est meilleure. Mais ce club peut aussi vous donner des noms de particuliers qui font des nichées occasionnelles. Ces particuliers peuvent se révéler tout aussi bons que des éleveurs professionnels. Ce point est donc à creuser lorsque vous recherchez votre futur compagnon de route.

Les questions à se poser pour choisir un bon éleveur

les tests de santé

Naturellement,il n’y a pas de liste exhaustive pour toutes les races mais il est primordial de vérifier si l’éleveur effectue des tests de santé et si vous ne connaissez pas quels tests sont recommandés; parlez avec des passionnés de la race afin de vous faire une idées des tares propres à ce type de chien. J’avais fait une liste des tests pour notre futur chien afin de vérifier quels “défauts” doivent être écartés.

C’est peut être étrange mais lors de votre rencontre avec l’éleveur, demandez à voir ces tests. Il est facile de citer les examens médicaux par téléphone ou par message. Il est en revanche plus compliqué de ne rien prouver. D’ailleurs, un bon éleveur devra vous donner une copie de ces résultats lors de l’adoption de votre chien.

Le nombre de races de l’élevage

Ce n’est pas un critère dominant mais selon moi, on ne peut pas être spécialisé dans de nombreuses races. L’élevage nécessite énormément de temps. Il est important de vérifier que l’éleveur ne fasse pas trop de races différentes. Cela reflète plus une passion qu’un travail. J’ai d’ailleurs préféré les élevages dont cette activité était un complémentaire plutôt qu’un revenu de première nécessité. Si les nichées deviennent un gagne-pain, le chien peut rapidement devenir un outils de travail au même titre qu’une vache à lait.

Le nombre de portées

Demandez combien de portées a déjà subit la mère et combien de portées réalisent l’élevage sur un an. Une chienne ne doit pas dépasser une portée par an. L’âge de la mère doit également être contrôlé. Au delà de 6/7 ans, il y a un risque pour la femelle.

La sociabilisation

Les bons éleveurs sont plus que des maîtres pour leurs chiens. Ils s’inquiètent de l’évolution de leurs protégés. C’est dans les 15 premières semaines de vie que le chien se familiarise le plus avec le monde extérieur. Les bons éleveurs trouveront des astuces pour faire découvrir le monde à votre chiot tout en le protégeant des maladies. Voiture, claxon, lumière vive, personnes et odeurs différentes, etc. C’est important que votre chien découvre un maximum de nouvelles choses. Cela en fera un chien moins craintif et mieux dans ses pattes. Étant donnée que vous ne pourrez pas l’adopter avant minimum 8 semaines, il y a du travail à faire durant ses premières semaines de vie. La sociabilisation est donc une partie du travail essentielle pour l’éleveur.

Le suivi après adoption

Les bons éleveurs vous demanderont de remplir un questionnaire sur vous. Parfois ce questionnaire peut sembler intrusif mais en vérité, l’éleveur se soucie du destin du chiot au delà de sa naissance. Certains sont même prêts à récupérer le chiot en cas d’abandon. Les éleveurs ne rompent jamais le cordon. Vous adoptez leur chiot mais vous rentrez dans leur “clan”. Un lien canin vous unis et amène d’ailleurs à de belles rencontres humaines.

Voici donc quelques conseils pour vous aider dans votre recherche du compagnon idéal. N’oubliez pas de faire preuve de patience, parfois cela peut être utile de rencontrer plusieurs éleveurs pour se faire une idée sur ce qu’on apprécie dans une famille ou ce qu’on aime moins. Et puis, votre toutou est un futur membre de votre famille que vous adopterez pour la dizaine d’années à venir alors rien ne sert de se précipiter. Ah et au fait, notre choix s’est porté sur l’eurasier et La petite Tanuki va venir combler le vide immense qui s’est installé dans mon coeur. Plus besoin de bracelets pour combler le vide de mes poignets puisque sa laisse habillera parfaitement ma main 🙂

mon oursonne Tanuki

Cet article a 1 commentaire

  1. karine wauters

    WAOUH superbe texte

Laisser un commentaire

cinq × 4 =